logo gipeblor
Gipeblor.com > Construire et aménager > Quel bois pour quel usage?

Quel bois pour quel usage?


Construire une maison en bois

 


La réponse à cette question va dépendre de l'utilisation réservée au bois dans la réalisation d’un ouvrage, le bois sera-t’il en extérieur ou en intérieur.

 


Le choix d’un bois se fait selon des critères dont les plus importants sont :

  • La densité
  • Les caractéristiques mécaniques,
  • La durabilité naturelle et l’aptitude à recevoir un traitement,
  • La stabilité en service

Pour plus d’informations, nous vous conseillons de consulter un professionnel du bois ou de consulter le site www.cndb.org ou www.fcba.fr


Lorsqu’un bois est mis en œuvre, il peut être soumis à des risques d’attaque par les insectes et les champignons lignivores. Mais certaines essences de bois présentent des capacités naturelles à résister aux agents de destruction biologique, c’est la « durabilité naturelle ».

Cette durabilité, qui est liée à la présence du duramen (bois de cœur). L'aubier (partie vivante où circule la sève) n’est pas durable. Sur certaines essences, la différence entre les deux parties est bien visible, sur d'autres on ne peut les distinguer. La résistance du duramen aux agents d'altération biologique est variable selon les essences, alors que celle de l'aubier est généralement nulle.

Schéma de préservation du bois (source CNDB)


Usage du bois

Pour faire le lien entre la durabilité d’un bois et son utilisation, la norme NF EN 335-1 a défini 5 classes d’emploi qui permettent d’évaluer les risques auxquels le bois va être exposé. Connaître la classe d’emploi permet de déterminer l’essence durable à utiliser ou le traitement à mettre en œuvre.


  • Tableau synthétique des différentes classes de risques

  • Classes de risques Situation du bois en service dans l'ouvrage Exemples d'emplois du bois
    1 Bois sec, dont l'humidité est toujours inférieure à 20% Menuiseries intérieures à l'abri de l'humidité : parquets, escaliers intérieurs, portes, etc.
    2 Bois sec, mais dont l'humidité peut occasionnellement dépasser 20% Charpente, ossature correctement ventilées en service.
    3  Bois dont l'humidité est fréquemment supérieure à 20% Toutes les pièces de construction ou menuiseries extérieures verticales soumises à la pluie : bardages, fenêtres, etc. Pièces abritées, mais en atmosphère condensante.
    4 Bois dont l'humidité est toujours supérieure à 20% Bois horizontaux en extérieur (balcons, coursives) et bois en contact avec le sol ou une source d'humidification prolongée ou permanente.
    5 Bois en contact permanent avec l'eau de mer Piliers, pontons, bois immergés

     
  • Durabilité et préservation du bois

  • Une bonne performance des bois dans la construction peut être atteinte soit par durabilité naturelle ou conférée par un traitement de préservation.
    Chaque essence de bois utilisé en vêture possède ses caractéristiques et ses propres limites d’utilisation. La durabilité et la préservation du bois sont couvertes par les normes EN 335-2 et NF B 50-103-3.

    Les performances des bois sont définies par l’aptitude à l’usage dans une classe d’emploi déterminée, qui correspond au domaine d’utilisation des bois.

    Cet objectif peut être atteint soit :

    • Par une durabilité naturelle suffisante
    • Par un traitement de préservation
    • Par une combinaison des deux exigences


    Tableau de durabilité de quelques essences de bois couramment utilisées dans la construction de bâtiment en Lorraine.
    Essences Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4
    Douglas oui oui oui non
    Melèze oui oui oui non
    Pin sylvestre oui oui non non
    Pin maritime oui oui non non
    Peuplier non non non non
    Sapin Epicéa non non non non
    Chêne oui oui oui oui
    Hêtre non non non non
    Red Cesar oui oui oui non
    Robinier oui oui oui non

     
  • Traitement et préservation du bois : quelques procédés

  • Trempage, autoclave, traitement thermique et oléothermie, quel mode de traitement choisir pour son bois ? Le choix du traitement et son mode d’application dépendent de la nature et de classe d’emploi à laquelle le bois est destiné. Les principaux procédés de traitement du bois sont :


    • Le traitement par trempage : Le bois est immergé en pile dans un bac aux dimensions adaptées. Les installations sont souvent automatiques et comportent des systèmes de maintien et de mouvements de charge, avec programmation des durées de trempage. Les produits utilisés pour les trempages courts sont des émulsions aqueuses.

    • Le traitement par autoclave : Le bois est traité dans un autoclave. Un système de commande automatisé permet de piloter et de suivre le déroulement du processus d’imprégnation. Le traitement en autoclave est particulièrement recommandé pour les bois exposés aux intempéries ou au contact avec le sol.

    • Le traitement par Oléo-thermique : Procédé de traitement «naturel », à base d’huiles végétales chauffées à basse température (< 150°). Elle consiste à plonger les bois dans des bains d’huiles. Les huiles chaudes pénètrent dans le bois et « prennent la place » de l’eau qui s’est évaporée.Cette technique à l’avantage de pouvoir s’appliquer à tous les types de bois, elle peut permettre une meilleure valorisation des bois locaux, car ils peuvent être utilisés en extérieurs et répondre aux exigences des classes d’emploi 3.

    • Le traitement Thermique ou rétification du bois : cuisson du bois à des températures pouvant atteindre 240°C selon les épaisseurs le taux d’humidité et l’essence. A la sortie le bois est cuit, il est d’une couleur café proche du noir. Ce type de traitement est conçu pour des bois d’extérieur ou d’intérieur, parquet, parement intérieur, bardage extérieur ou en terrasse.

    Ce procédé permet de conférer une classe d’emploi supplémentaire aux bois pour des usages extérieurs et d’utiliser des essences locales en substitution aux bois exotiques.



     

Avec le soutien de : Ministère  Europe France bois forêt

GIPEBLOR - 2 rue de Jarville - CS 50022 - 54181 HEILLECOURT Cedex
Tel 03 83 37 54 64 - Fax 03 83 35 38 28