logo gipeblor
Gipeblor.com > Bois énergie > Combustibles chaufferies collectives

Combustibles chaufferies collectives



Écorces



Informations générales

Les chaudières automatiques industrielles ou collectives souvent couplés à des réseaux chaleur, les installations pour la cogénération bois avec production de chaleur et d’électricité utilisent une diversité de combustibles qui proviennent des travaux d’exploitation forestière et des sous-produits de l’industrie du bois.

Ces combustibles bois se présentent sous plusieurs formes avec des caractéristiques très différentes. De façon générale, plus le combustible est calibré et sec, plus son prix sera élevé.

Les principaux combustibles sont :

  • les plaquettes forestières,
  • les écorces,
  • les copeaux,
  • les sciures,
  • les plaquettes issues du broyage des chutes de transformation bois, et du broyage des bois de rebut non souillés.

 

 
 
  • Les combustibles issus de la forêt

  • Lors des travaux d’entretien, de travaux d’exploitation forestière, les bois de très faible diamètre, les bois sans valeur marchande et les houppiers peuvent être utilisés comme combustible pour la filière bois énergie qui constitue un débouché pour ces produits.

    Les plaquettes forestières

    Il s'agit d'un produit issu du broyage de rémanents forestiers et des houppiers. Ils se présentent sous forme de petits morceaux de bois d'environ 20 cm³ en moyenne. Elles sont constituées majoritairement de bois feuillus.

    Les plaquettes forestières présentent un rendement énergétique nettement supérieur au bois bûche, fournissant un chauffage utile de 75 à 85 %, contre seulement 10 à 15 % pour le rondin. 2,5 tonnes de plaquettes forestières correspondent ainsi à une tonne équivalent pétrole. Leur masse volumique varie entre 200 et 300 kg/m³, et leur pouvoir calorifique de 3,3 à 3,9 kWh/kg.

    Le coût de production des plaquettes forestières reste encore relativement élevé, compte tenu de la logistique à mettre en place pour sortir le bois des parcelles forestières. Ce coût varie de 40 à 55 € par tonne brute dans le cas d'une production "industrielle" et à plus de 80 € par tonne brute pour une fabrication "artisanale".



    Les installations de grande taille dont la puissance est supérieure à 750 KW et dotées d’une alimentation à grille consomment des plaquettes peu calibrées avec une humidité allant jusqu’à 60% de teneur en eau. Les installations de petite et moyenne taille dont la puissance est inférieure à 750 KW nécessitent des plaquettes forestières plus calibrées avec une teneur en eau n’excédant pas 35%. Leur production nécessite un stockage intermédiaire de plusieurs mois souvent sur des plates formes.
     

  • Les combustibles issus des sous-produits de l'industrie du bois

  • Lors des différentes étapes de sa transformation, le bois génère des sous- produits. L’essentiel des produits connexes proviennent essentiellement des scieries.

    L’essentiel des sous produits de scierie trouvent des débouchés dans les industries de la pâte à papier et des panneaux de particules, soit sous forme de matière première pour la fabrication des produits, soit comme combustible pour une valorisation énergétique.

    En moyenne, selon les essences, une grume produit 21 % d'écorces, 10,5 % de sciures, 21 % de Dosses et délignures, 3,2% de chutes de tronçonnage 3,2%.

    Copeaux et sciures

    En Lorraine, près de 90% de la production des copeaux et sciures est valorisée, par l’industrie des panneaux et de pâte à papier, ce qui ne laisse qu'une part infime à la valorisation énergétique, notamment dans la fabrication de granulés de bois (pellets).

    Copeaux Sciure


    Les écorces
     
      La production des écorces se fait principalement en scierie. Le pouvoir calorifique de l’écorce varie entre 1.6 et 2.8 kWh/kg tandis que son taux d’humidité oscille entre 40 et 60%. Les écorces sont consommées dans des grosses chaufferies de puissance supérieure à 1 MW.

    La production lorraine est estimée à 6000 T brutes. Plus de 54% de cette production est destiné au bois énergie


    Les plaquettes issues de la transformation du bois



      Les dosses et délignures, les chutes de tronçonnage et de découpe de toutes dimensions, sont souvent broyées et transformés en de plaquettes avant d’être utilisés en chaufferie.

    Le contenu énergétique de ces plaquettes est en moyenne de 2 200 à 3 400 kWh par tonne pour une humidité comprise entre 30 et 50 %.

     
  • Les combustibles issus des déchets de bois

  • Les déchets de bois de rebut, ou DIB (Déchets des Industries du Bois) sont des produits en bois ''en fin de vie'', souvent constituées de broyats de palettes usagées, d’emballages en bois (cageots, caisses, caissettes) et de caisses produites par des sociétés de récupérations d’emballage bois.

    Les bois de rebut non souillés (déchets de classe A) qui peuvent être utilisés dans des chaufferies bois (palettes, cagettes, planches, bois de coffrage, caisses, cageots…).

      L'humidité moyenne de ces produits oscille entre 12 et 25%. Ce sont de très bons combustibles, qui servent à alimenter principalement les chaudières avec foyer à grilles.
    Une plateforme de conditionnement est nécessaire pour fabriquer du combustible à partir de bois de rebut. Elle se compose d'un pré-broyeur grossier, d'un broyage fin, suivi d'un déferraillage, puis d'un criblage.
     

Avec le soutien de : Ministère  Europe France bois forêt

GIPEBLOR - 2 rue de Jarville - CS 50022 - 54181 HEILLECOURT Cedex
Tel 03 83 37 54 64 - Fax 03 83 35 38 28